Une phrase, une simple phrase a le pouvoir de mener jusqu'à l'amour, avec un grand A.
 
bashaut

 :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Moi je suis pas une princesse, s'il n'y a plus de souliers en verre, je m'en achèterai une nouvelle paire ♥ Taylor

avatar
Messages : 3
Dollars : 200
Date d'inscription : 10/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Fév - 17:24

Taylor Koch

Moi, Adam et Ève, j'y crois plus tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c'est plein de pectine...

nom Koch
prénom Taylor
âge 23
financier encore et toujours dans le rouge à la fin du mois, chef !
habitation Bronx

Karina Lyle de tiger et bunnyKarina Lyle de TIGER & BUNNY

sexe féminin *3*
nationalité Américaine
métier Caissière
statut Célibataire
Orientation Sexuelle Elle crache sur personne, tant qu'on l'aime

La Phrase.

"Je sais pas si c'est une légende mais ma main dans ta gueule, ça risque pas d'être un conte de fées " s'était amusé Dieu à écrire dans la chair de ta chair.

Elle va tomber sur un type qui lui cassera la figure, jour après jour. Un type qu’elle ne pourra quitter, l’aimant à en crever. Taylor redoute cette phrase, pour toute la symbolique qu’elle implique. Trop de violence, elle deviendra comme sa mère. Cela lui fait peur, elle ne veut pas y croire. Elle se refuse à la destinée d’un futur qu’elle n’aura pas choisit. C’est pour dire, même les caractères dégagent une certaine méchanceté. Les gens ont une phrase douce, un mot gentil, pourquoi pas elle ? Pourquoi n’aurait-elle pas droit au même privilèges que les autres ? Cela la rend folle, alors elle l’ignore. Elle l’ignore, faute d’avoir pu la détruire à coup de cutters et de brûlures

Caractère
Taylor elle a beau vous adresser son plus grand sourire, quand on gratte un peu la peinture, on comprend qu’elle est fissurée. Mal réparée. Taylor, elle a beau rayonner par sa bonne humeur, parfois, elle dit des choses étranges. Des choses qu’on dirait pas en temps normal, ou du moins, pas devant des gens qui se trouvent concernés. La jeune femme n’est pas à côté de la plaque, simplement dure, simplement franche. Elle essaie de rigoler, de montrer une autre partie de sa personnalité, mais personne n’est vraiment dupe. On la trouve bien plus souvent étrange que gentille, c’est comme si elle essayait d’enfiler un masque qui ne lui allait pas.

Elle a beaucoup d’amis là Taylor, parce qu’elle aime bien s’entourer. Essayer de plaire, pour mieux se retrouver. Eux diront qu’ils ne sont pas vraiment copains, elle dira qu’ils sont en train de le devenir. La demoiselle a besoin d’être rassurée, appréciée, aimée. Elle a besoin qu’on s’inquiète pour elle, elle a besoin qu’on l’adule pour ce qu’elle est. Enfant délaissée, elle veut prouver au monde entier qu’elle est aimée. Ce n’est pas très grave si elle porte un masque, ce n’est pas grave si elle cache cette souffrance qui la bouffe de l'intérieur. Elle veut être regardée.

Oui c’est une connasse, oui elle est superficielle. Mais jamais elle ne l’assumera. Ce besoin de cacher ce que d’autres mouraient d’envie de déterrer. Préserver les apparences, garder son petit monde sous contrôle, est son mantra. Une philosophie qui, jusque là, lui a toujours réussie. Quand bien même on ne l’apprécie que pour sa différence, sa folie latente, elle reste tel un soleil. Irradiant le sol de sa beauté, créature intouchable et intouchée qui a besoin d’attention pour exister.

Alors, quand on la prive de ses croquettes, la demoiselle laisse tomber ce visage doux, et redevient sérieuse. Taylor devient effrayante. Sa dureté laisse place à de l’ impartialité, sa franchise rigolote à quelque chose d’un peu plus vexant. Son visage même se ferme, et on se rend compte à quel point sa violence était douce auparavant. Si elle ne peut pas avoir, Taylor casse, pour que personne d’autre n’ait. Son égoïsme refait surface, toujours plus agressif, toujours plus exclusif. Elle ne fait pas exprès pourtant, et se déteste souvent d’être aussi possessive.

Parce qu’au fond, Taylor, elle est pas si méchante. Elle connaît sa nature, et essaye d’aller contre. Mais elle refoule tellement sa colère à être un ange que quand ça pète, elle perd les pédales et réagit de façon disproportionnée. Dans son quotidien, elle n'arrive pas à être autre chose que gentille, son besoin d’être respecté est trop ancré. Sa franchise reste telle une ombre sur sa personnalité docile, comme pour lui rappeler ce qu’elle ne sera jamais. Parce qu’elle est douce Taylor, quand elle insulte c’est une sollicitude. Ses hurlements sont autant de caresses sur la peau, ses reproches autant de mots susurrés comme pour mieux poignarder ceux à qui elle les adresse.

Mais elle est comme ça la blonde, un peu cassée, pas bien recollée. Avec ses humeurs et ses petits bonheurs, personnage qu’on adore aimer, et qu’on finit par détester.

Histoire
Sa mère était une dépressive à tendance suicidaire. Son père, un inconnu jamais retrouvé. Taylor, elle a grandit dans la pauvreté, et a passée sa petite enfance à accompagner sa matriarche réclamer des aides pour tous les gosses qu’elle ne pouvait pas assumer. Ratant parfois des mercredis d’école pour l’accompagner et l’aider à remplir ses papiers. Taylor, elle a été sacrifiée sur l’autel du bien commun, ne pouvant hurler au monde à quel point cela pouvait lui peser. Mais personne ne lui a demandée si ça allait, car il était reconnu qu’elle était brave, travailleuse. Que sa mère pouvait être fière d’avoir une aînée pareille. Mais qui serait fier constamment défoncée ? Les voisins, les professeurs ne comprennaient pas le calvaire dans lesquels ils l’ enfermait jour après jour. Lui construisant une image qu’elle n’avait pas demandée, la façonnant de telle manière qu’elle ne puisse leurs donner tort. Compliments après compliments, ils ne voyaient que ce qu’ils voulaient voir. Cela l'a rendue gourmande. Pour contraster avec sa morne réalité, elle a fini par aimer être adulée.

Taylor, elle a souvent été frappée. Pas par sa mère, non sa mère était trop amorphe pour ça. Coincée dans son lit à longueur de journée, gobant des médicaments au nom d’une dépression qu’après vingt ans, elle n’avait toujours pas réussi à soigner. Une larve n’aurait pas mieux agit. Non, c’était son beau père le problème. Pour une mauvaise note, pour une bêtise que ses frères auraient commis sous sa surveillance. Parce qu’elle était elle, tout simplement. Encore aujourd’hui, personne ne comprend pourquoi elle se couche tard et se réveille tôt. Jour après jour, à cinq heures précises, sans radio réveil. La raison est pourtant simple. Lui. Ca a toujours été lui. Le matin, elle était réveillée par cet homme qui défonçait la porte de sa chambre, lui versant de l’eau sur la nuque si elle paressait encore. La nuit, c’était parce qu’elle n’était pas couchée à l’heure, préférant réviser ou lire plutôt que de se reposer. Une habitude qu’elle a très vite perdue, soit y temps passant.

Taylor déteste les ceintures, et n’en portera jamais. Taylor à peur des placards, du noir et des espaces clos. Elle déteste les cafards, ne dormant pas la nuit dès qu’elle en croise un. Elle a peur de décevoir, d’être rabaissée. Alors, elle cache tout cela, elle cache sous couvert d’une gentillesse qu’elle n’arrive pas à encadrer.

Les demi-frères n’étaient pas en reste. Ses enfants à lui, toujours insultés, rabaissés. Punitions injustes pour des enfances brisées. Et puis un jour, sans crier garde, une assistante sociale à fourré son nez. Qui c’était plaint ? Une doctoresse, le jour ou le petit dernier fut diagnostiqué comme un enfant secoué. C’était une visite de routine, mais elle marquerait à jamais l’histoire de cette famille. Hécatombe, tous placés. Entretient avec les enfants, enquête officielle puis sanctions. Taylor avait quinze ans. Elle a passée son bac, s’est fait rapidement émancipée, puis a embarquée le plus jeune, ne pouvant subvenir aux besoin des deux autres. Un crève coeur qu’elle ne s’est jamais pardonnée. Mais Samuel, avec ses troubles cognitifs, n’aurait jamais une vie normale. Il aurait été mieux de le placer dans un institut spécialisé, mais qui aurait eu les moyens de le payer avec ce système actuel de santé ? Alors elle la prit avec lui, y allant pas à pas pour essayer de l’aider.

Le père fut mis en prison, quand à la mère, elle avait des droits de visites au centre ou étaient placés ses deux frères. Quatorze et douze ans, l’un s’est marié très jeune, et commence déjà à reproduire le cercle de cette famille dysfonctionnelle, l’autre est devenu un petit vendeur de drogue, se piquant dès que l’occasion se présente. Augmentant toujours les doses pour oublier ce passé qu’il ne peut pas gérer. Si seulement elle les avait embarqués, comme pour le petit dernier. Si seulement. Cette idée hante Taylor, et la bouffe de l'intérieur. Alors, elle s’éfforce de paraître brave. Elle s'efforce d’être parfaite, pour ne pas s’effondrer. Pour ne pas complètement se briser. Si cela arrive, elle le sait, jamais elle ne pourra se recoller. Elle a un enfant handicapé à charge, elle ne peut pas se permettre le moindre écart. Que ce soit personnel ou financier, elle gère son monde avec le peu de contrôle à sa portée.

Toi
Moi je suis Arvalis, et je vous aime, du moins pour l'instant xD J'espère que mon personnage sera accepté, il m'est venu comme ça, tout seul, du coup je sais pas si c'est okay. Fin, comme tous mes persos quoi
Bref, j'ai 22 ans, et je vous bisouilles grave
Tchuuuu
©linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vladimir I. Kochkov
Administrateur
Messages : 285
Dollars : 177
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Fév - 17:29
Biiiiiienvenue par ici! J'ADORE, je vénère même ta phrase *-* (Le titre du sujet m'avait déjà bien vendu du rêve). J'espère que tu te plairas parmi nous ! Hésite pas si t'as le moindre problème et bon courage pour ta fiche *-* ♥

_________________
[Jtm Timothy, épouse moi ♥ | Coucou (ಸ‿ಸ)]


Vlad objectionne les éléphants en #0066cc.

♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Dollars : 200
Date d'inscription : 10/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Fév - 21:15
je te remercie, cela me touche
tout à été dit sur la cb dooooonc, je pense avoir terminée =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SENTENTIAE.
Compte Fondateur
Messages : 310
Dollars : 652
Date d'inscription : 17/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Fév - 21:26
Félicitation, tu es validé !

Félicitations à toi ! Tu es maintenant validé(e) et nous sommes heureux de te compter parmi nous. Avant toute chose, nous te laissons aller recenser ton avatar et poster ta fiche de lien afin de te créer quelques amitiés ! Amuse toi bien parmi nous !

Comme tu as décidé d'habiter au Bronx, nous t’assignons l'Immeuble A en tant que première résidence. Va vite découvrir tes voisons.

► O ; J'ai pas eu le temps de te souhaiter bienvenue, alors bienvenue. J'espère que tu te plairas parmi nous, et j'aime énormément ton perso ! C'est tellement triste, j'écris énormément de drama alors ça me plait bien 8D
Bon jeu parmi nous



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SENTENTIAE.  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: