Une phrase, une simple phrase a le pouvoir de mener jusqu'à l'amour, avec un grand A.
 
bashaut

 :: Zone RP :: Staten Island :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Champagne ! Car aucune grande histoire n'a commencé autour d'un bol de riz. // Kayla

avatar
Messages : 183
Dollars : 665
Date d'inscription : 17/02/2017
Localisation : Dans ton derche.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Fév - 21:03
Un soupir. Sans doute soufflé par agacement suite à l'invitation reçue à cette soirée ridicule. Bien évidemment, les géniteurs du dernier descendant de la famille Harris avaient tenu à être présents à cette petite fête. Celle-ci était présentée à l'occasion d'un anniversaire : celui de Monsieur Peterson. Drôle de nom, me direz-vous, mais vous feriez sans doute moins le malin si vous saviez qui était cet homme. Enfin, tout le monde sait, qui est cet homme. Le Directeur de l'Association Lutte contre le Cancer. C'est grâce à Johnathan Harris, le père de Nathanaël Harris, que l'ami de cette famille a pu fonder son association. Aujourd'hui, elle cartonne dans le monde entier, car les recherches faites par les scientifiques (les trois quarts payés par la famille Harris) s'avèrent être positives en terme de médicaments contre la maladie mortelle. Bien évidemment, aucun n'a été créé pour l'instant, mais il ne serait pas surprenant de voir une solution apparaître dans les mois à venir.

Fier de la réputation créée autour de son association, Monsieur Peterson a prit soin d'inviter un bon nombre de personnes de son entourage, et de celui de sa femme, afin de fêter la réussite de son projet. Tout le monde a répondu présent. Et encore une fois, c'était une évidence ; M. Peterson est aussi un grand millionnaire admiré par un bon nombre de personnes. Mais une partie de l'argent qu'il a en poche lui appartient grâce au grand soutien que lui a apporté la famille Harris et la famille Parker, autre famille millionnaire des USA.

Nathanaël fut contraint de porter un costard cravate, comme il en avait toujours l'habitude. Noir et blanc, pour ne pas changer les bonnes habitudes. Sa mère avait opté pour une robe verte magnifique. Elle était ornée de strass en tout genre, en particulier des diamants possédant une grande valeur. Son cou était occupé par un collier extrêmement cher, que son homme lui avait offert pour fêter leur... on-ne-sait-combien d'années de mariage. Monsieur Harris avait opté pour la même tenu que Nathanaël, même s'il portait déjà des cheveux gris sur le haut de sa tête. Sa moustache et sa barbe bien rasées étaient beaucoup complimentés par ses amis, et il n'en était pas peu fier.

Confortablement installé dans son siège arrière, Nathanaël observait avec attention les lumières qui éclairaient la route qu'empruntait la voiture. Le véhicule était entre deux autres voitures, qui étaient conduites par... des gardes du corps. En tant que milliardaire, il était normal pour la famille Harris d'être accompagné de gardes du corps. En particulier Nathanaël, qui approchait un peu trop les filles pendant les soirées au goût de ses parents.

Lorsque la voiture fit halte devant la gigantesque villa, ou plutôt le manoir, de la famille Peterson, Nathanaël se redressa et observa le portail robotisé qui s'ouvrit. Des journalistes. Putain. L'héritier milliardaire détourna son visage afin de le cacher, tandis que son garde du corps se fraya un chemin entre les journalistes, ouvrant la porte au blond tout en bousculant les médiats qui faisait comme une vague autour des voitures. En cherchant ses géniteurs du regard, Nathanaël aperçut son père s'infiltrer dans le bâtiment en compagnie de sa femme. Un nouveau soupir d'agacement s'échappa de ses lèvres, tandis que les journalistes bousculaient violemment le pauvre garde du corps qui se plaça devant son protégé. Ce dernier appela un deuxième homme afin que celui-ci aide son collègue. Chose faite, Nathanaël entra à son tour dans la villa. Un majordome vint le saluer et lui montra le chemin jusqu'à la gigantesque salle de fête. Il l'abandonna à l'entrée de celle-ci puis alla accueillir d'autres invités. En se tournant vers l'entrée qu'il venait de franchir, Nathanaël aperçu une demoiselle aux cheveux magnifiques. Elle attira son attention le temps de quelques secondes seulement, étant donné qu'il fut appelé par son père. Ce dernier l'incita à le rejoindre, lui et sa compagne, à la rencontre d'un certain Monsieur Sato.

Obéissant, le blond alla rejoindre son père. Ce dernier le présenta poliment à son ami, alors que Nathanaël rêvassait de la fille de tout à l'heure. Elle avait l'air intelligente, il aurait aimé pouvoir dialoguer en sa compagnie. « Je vous présente mon fils, Nathanaël. » Monsieur Sato tendit sa main vers le concerné, qui avait à nouveau attiré son attention à la conversation qui se déroulait sous son nez. « Enchanté Nathanaël. Ton père m'a dit beaucoup de bien à ton sujet. » Nathanaël lui fit un sourire en retour et prit sa main afin de la serrer brièvement. Il se tourna ensuite vers une femme qui l'interpella. Une serveuse. Elle lui tendit une coupe de champagne, qu'il accepta avec joie. « Que faites-vous comme activités, dites-moi ? » Nathanaël comprit directement que l'homme s'adressait à lui. Il prit un instant de réflexion puis répondit simplement : « Je suis étudiant dans l'Université Yale. Je pratique beaucoup de sports en tout genre également, mais c'est sans importance... » L'homme ne répondit pas tout de suite, semblant être surpris. « Je vois. Ma fille est lycéenne. Et mon fils... » Nathanaël ne fit pas attention à ses paroles, rêvassant à nouveau à la fille qu'il avait vu tout à l'heure. Mais il remit bien vite les pieds sur terre lorsque le vieil homme lui indiqua une direction. « ... d'ailleurs la voici. » En suivant du regard la direction donné, Nathanaël aperçut la fille de tout à l'heure. Elle aussi, l'observait. Ce qui lui fit avoir un rictus. Il détourna ensuite son regard vers le père de cette fameuse fille, et lui demanda quelques informations, l'air indifférent cependant. Et juste histoire d'en savoir un peu à son sujet.

Une fois la conversation terminée, Nathanaël alla s'asseoir à table avec ses parents. Ces derniers échangèrent quelques mots avec les personnes qui les accompagnaient à table. Il y avait encore trois chaises de libres, en face du blondit. La table ronde était grande, et décorée de fleurs que Nathanaël ne pu s'empêcher de trifouiller. Sa mère lui glissa à l'oreille des mots durs, afin qu'il cesse, mais elle retourna bien vite à la conversation qui tournait autour de l'argent.

Nathanaël se perdit bien vite dans ses pensées. Jusqu'à ce que Monsieur et Madame Sato firent apparition, aux cotés de la mystérieuse fille nommé Kayla. Le blond la fixa un moment puis laissa son regard s'écouler jusqu'au géniteur de la fille, qui s'installa à table, suivit par sa femme. Ils allaient donc manger ensemble... Bonne nouvelle ; Nath ne risquera pas de s'ennuyer.

Le repas se fit... bruyant. Mais Nathanaël ne prononça aucun mot, et n'accorda aucune regard à Lady Kayla. Lorsque le moment de danse fut venue, les parents avaient tout de suite quitté la table. En particulier les géniteurs de Nathanaël, qui étaient invités à ouvrir le bal. Le blond en profita pour quitter la table et se réfugier sur le balcon immense qui donnait vu sur les jardins magnifiques de la famille Peterson. Coupe de champagne à la main, Nathanaël s'appuya d'une main sur le muret fait de pierres. En entendant des pas dans son dos, l'attention du jeune homme se porta sur la fille, Kayla, qui venait d'apparaître. Le garde du corps de Nathanaël, qui l'avait suivi comme un chien, et comme toujours, l'avait arrêté, mais le blond lui ordonna de cesser ses gestes. Pourquoi diable ne la laissait-il pas le rejoindre ? Avec du bruit pareil, il faut bien prendre une pause. Il lança un regard à l'homme baraqué, qui se recula pour laisser la demoiselle passer. De toute évidence, elle n'aurait pas pu deviner que Nathanaël était là ; elle veut sans doute prendre l'air tout comme le milliardaire. « Héritière de la famille Sato, n'est ce pas ? »

Un sourire apparut sur les lèvres du jeune homme. Pour une fois, il se voulait rassurant, et non pas admiratif. Son regard se perdit dans celui de Kayla, avant qu'il n'eut conscience de son impolitesse. « Excusez-moi. » Son nez se plissa, frustré par lui-même. Il s'approcha d'un pas assuré vers la belle et s'abaissa pour attraper sa main délicatement, entre ses doigts chauds. Il déposa un baiser délicat sur le dos de sa main, puis la relâcha dans la même délicatesse. Puis, il lui fit un sourire charmeur. Du Nathanaël tout craché. En même temps, on ne peut lui en vouloir ; il a été éduqué ainsi. « Que faites-vous ici ? » La question paraissait idiote, mais il ne put s'empêcher de lancer une conversation. Hors de question pour lui qu'un blanc désagréable s'installe. Avant que la demoiselle ne put répondre, le jeune homme alla s'asseoir tout en se reprenant : « Question idiote. J'imagine que vous avez été emmenée de force jusqu'ici ? N'est ce pas désagréable pour vous d'être entourés de personnes si... coincées ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 224
Dollars : 1289
Date d'inscription : 03/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Fév - 17:57

ft. Kayla Sato

ft. Nathanael

「Champagne !」
- Tu viendras avec nous, que tu le veuilles ou non !


Il était une heure du matin. Loin d'être ivre, Kayla n'avait pourtant pas lésiné sur l'alcool, commençant par la bière, pour finir aux verres de vodka. La jeune femme revenait d'une soirée passée au Bronx, dans un bar miteux, avec des personnes peu fréquentables. Ses amis, d'après elle. Malgré tout, elle était consciente qu'elle ne pourrait jamais vraiment compter sur eux. C'était juste des potes de beuverie – et parfois d'autre chose.
Pour une fois que ses parents ne se disputaient pas, ils étaient bien présents pour lui remonter les bretelles. Elle qui ne rêvait que d'une chose : se jeter dans son lit, toute habillée, pour pioncer jusqu'au lendemain midi.... Pendant dix minutes, ils ne l'avaient pas lâchée, la menaçant de la priver de sortie, de téléphone portable et d'ordinateur. Bien sûr, pour Kayla, ça revenait au même que lui annoncer la fin du monde. Ainsi, elle n'avait cessé de plaider sa cause, prétendant que c'était la dernière fois qu'elle faisait ça, qu'elle était juste allée s'amuser avec Emilie – son ancienne meilleure amie et la fille de connaissances des Sato - alors que ça faisait au moins deux ans qu'elles ne se parlaient plus.

Finalement, c'est le père de Kayla qui eut l'idée d'exiger sa présence à la fameuse soirée d'un machin Peterson. Apparemment, un richto qui avait fait une grande chose dans sa vie. Quoi ? Elle ne s'en rappelait déjà plus. Le sang cognait dans ses tempes, l'alcool qui coulait dans ses veines lui donnait mal au crâne. Elle n'avait pas la force de retenir les informations inutiles que lui apportait son père. Dans tous les cas, ce monsieur Peterson semblait être très estimé par ses parents. Et ceux-ci sollicitaient la présence de la jeune fille.
Peu encline à coopérer, elle tenta à nouveau de négocier. La seule perspective de devoir passer plusieurs heures au milieu de gens de la haute société, à devoir se montrer polie et souriante, lui donnait envie de vomir. Pourtant, après moins de cinq minutes de débat, elle sentit que son père s'agaçait.

- Tu viendras avec nous, que tu le veuilles ou non !

Elle lâcha un soupir, la discussion semblait close. Elle n'avait pas le choix. Capitulant, elle gagna enfin sa chambre.

***

Deux jours plus tard, elle était vêtue d'une longue robe noire à bustier. Moulante en haut, elle était évasée en bas. Avec ça, elle portait des bijoux en or et un maquillage discret qui mettait ses yeux en valeur. Quant à ses cheveux, ils avaient été coiffés en chignon haut. Seules deux mèches bouclées à l'anglaise encadraient son visage.
C'était sa mère qui s'était occupée de la rendre « présentable », comme elle se plaisait à le dire. Après tout, Kayla était une jolie fille. Malheureusement, elle ne faisait pas vraiment d'effort sur son apparence, dans la vie de tous les jours, au grand damne de madame Sato.

L'heure de quitter le domicile arriva. Leur chauffeur les attendait en bas, dans un 4x4 de luxe noir, le préféré de l'homme d'affaire. Chacun prit place dans l'habitacle : Kayla s'assit à l'arrière avec sa mère, tandis que son père prenait place aux côtés du chauffeur. Durant tout le trajet, ils donnèrent à leur fille des directives sur ses manières et la conjurèrent de ne rien dire de déplacé.

Lorsqu'ils arrivèrent finalement devant la gigantesque demeure, il y avait déjà du monde. Le portail s'ouvrit face à une longue limousine qui se trouvait devant eux et le 4x4 s'engouffra derrière elle. Le chauffeur gara la voiture et vint leur ouvrir la portière, avant de les accompagner jusqu'à l'entrée.
Évidemment, il y avait des journalistes à foison, mais ils semblaient être plus intéressés par la famille qui précédait les Sato. Heureusement !
Bien que Tadashi soit un grand homme d'affaire, il n'était pas de ces gens très connus et médiatisés. Il se faisait plutôt très discret dans le milieu. En revanche, Eleanor, connue pour être l'auteur de plusieurs best-seller, avait déjà accordé plusieurs interviews. Mais son visage n'était pas tant connu que son nom.
Dans tous les cas, ils n'eurent pas trop de difficulté à passer l'entrée et dès qu'ils pénétrèrent dans la salle, Kayla tira le bras de sa mère.

- J'ai besoin de pisser !

Madame Sato lui fit les gros yeux, avant de lui indiquer les toilettes. Ce n'était pas la première fois qu'elle venait sur les lieux, ainsi, elle n'eut pas besoin d'interroger – avec un peu plus de finesse que sa fille ne l'aurait fait – un serveur sur le lieu de soulagement.

***

Lorsque Kayla retourna dans la salle de fête, elle grimaça légèrement. Il y avait beaucoup de monde et c'était immense. Elle se demandait vraiment comment elle allait remettre la main sur ses parents. Elle les cherchait des yeux en triturant une mèche de cheveux, nerveuse. Elle n'était pas dans son élément. Et en plus, elle n'avait pas de portable. Elle n'avait aucun moyen de s'enfermer dans une petite bulle et d'ignorer le monde autour d'elle.
Tandis qu'elle parcourait la salle du regard, elle croisa celui d'un jeune homme. Blond et plutôt mignon. Il ne tarda pas à rompre le contact visuel, après lui avoir adressé une sorte de sourire forcé. Ok, génial, ça devait se voir qu'elle n'avait rien à faire ici.
Alors qu'elle allait se remettre à chercher ses parents, elle se rendit compte que l'adolescent était en leur compagnie. Le temps qu'elle les rejoigne pourtant, il n'était plus là.

Après que monsieur et madame Sato aient discuté avec bon nombre de personnes de choses que Kayla ne comprenait pas, ils allèrent enfin prendre place à une table de quelques personnes. Elle remarqua le garçon de toute à l'heure, mais préféra l'ignorer. Il appartenait à ce monde, lui. Ils ne s'entendraient sûrement pas. Et au vu de son attitude, il devait être du même avis qu'elle.
Durant le repas, elle resta silencieuse, comme conseillé par son père. Elle se contentait de fixer son assiette, ou les fleurs, ou les lustres, ou les fenêtres. Enfin, tout sauf les gens. Lorsqu'on lui adressait la parole, elle souriait et répondait le strict minimum. Intérieurement, elle priait pour pouvoir partir bientôt. Encore quelques heures et elle retrouverait son téléphone.
Finalement, ses parents quittèrent la table et beaucoup de gens en même temps qu'eux, pour aller danser. La jeune femme se rendit alors compte que le sac de sa mère était resté posé sous la table. Elle vérifia qu'on ne la regardait pas et, triomphante, elle récupéra son téléphone à l'intérieur, avant de le remettre en place. De toutes façons, en ces lieux, aucun risque de se faire voler, à priori.
Elle plaça le portable dans le bustier de sa robe et se leva. Elle comptait se rendre dehors pour pouvoir profiter d'envoyer quelques messages.
Alors qu'elle marchait en direction du balcon, on lui proposa du champagne, qu'elle accepta. Toute la soirée, ses parents le lui avaient refusé. Pour eux, il était hors de question qu'elle boive. Déjà, parce qu'elle n'avait pas l'âge pour, mais surtout parce qu'ils savaient qu'elle serait excessive.

Dans tous les cas, elle avait enfin sa coupe. Et tandis qu'elle approchait du balcon, le nez plongé sur son téléphone, on la stoppa net. Elle releva les yeux et fut surprise de se trouver face à un colosse qui lui barrait la route. Il ne semblait pas vouloir la laisser accéder au balcon. Alors qu'elle allait protester, une voix ordonna au molosse de se pousser. Elle remarqua ainsi le garçon de toute à l'heure. Génial...

Elle le rejoignit quand même sur le balcon, pensant qu'ils resteraient chacun dans leur coin. Pourtant, il lui adressa la parole. Elle le fixa un instant, étonnée qu'il daigne discuter avec elle. Et elle n'eut pas le temps de reprendre contenance pour lui répondre que le jeune homme lui avait fait un baise-main. Elle s'empourpra. Elle n'avait pas vraiment l'habitude d'être traitée ainsi par les garçons. Enfin, la galanterie, tout ça... fallait oublier, avec les gens qu'elle fréquentait.
Elle l'écouta faire les questions et les réponses. Il semblait un peu gêné ou... elle ne savait pas trop. En tous cas, elle ne put s'empêcher de rire en l'entendant parler.

- Un peu, oui. Mais... tu serais pas un peu coincé, toi aussi ? demanda-t-elle, sans prendre la peine de le vouvoyer, avec un petit sourire amusé. Bon, pour la délicatesse, faudra repasser. Mais elle espérait que le jeune homme ne prenne pas la mouche, après tout, elle ne le disait pas méchamment.
S'asseyant sur une chaise en face de lui, elle prit l'initiative de laisser son téléphone de côté un moment. Elle le détailla un instant et sa première impression se confirma, il était vraiment mignon. Enfin, même plutôt beau dans son genre. Et il portait vraiment bien le costard. Mais elle cessa très vite de le dévisager pour reprendre la conversation.
- Je m'appelle Kayla. Et si mes parents m'ont emmenée ici... c'est parce qu'ils ont pas trop apprécié que je rentre à 1h du mat', un peu bourrée, lui expliqua-t-elle en haussant les épaules. Ça fait longtemps que je ne met plus les pieds dans ce genre de soirées, sinon. C'est trop chiant. Et toi, alors ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
Dollars : 665
Date d'inscription : 17/02/2017
Localisation : Dans ton derche.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Fév - 22:16
« Un peu, oui. Mais... tu serais pas un peu coincé, toi aussi ? » Un rire s'échappa des lèvres de Nathanaël. Enfin, il ne gloussa seulement, par respect pour la demoiselle. Il n'avait aucune envie qu'elle croit qu'il se moque de lui ; il n'était pas venu pour se chamailler avec elle. Au contraire, faire connaissance serait une chose intéressante pour lui. Il voudrait bien en savoir plus sur cette fameuse Kayla Sato, qui lui semblait être une demoiselle de caractère. Cependant, il garda le silence en remarquant que la jeune femme s'apprêtait à parler. « Je m'appelle Kayla. Et si mes parents m'ont emmenée ici... c'est parce qu'ils ont pas trop apprécié que je rentre à 1h du mat', un peu bourrée... » Un nouveau gloussement de la part de Nath se fit entendre. Il croisa le regard de son garde du corps qui les observait de loin, mais n'y répondit pas, reportant immédiatement son attention sur la charmante demoiselle. « Ça fait longtemps que je ne met plus les pieds dans ce genre de soirées, sinon. C'est trop chiant. Et toi, alors ? » Elle le tutoyait. Mais pour sa part, il préféra garder ses bonnes habitudes, et la vouvoyer lorsqu'il s'adressait à elle : « Ce serait mal vu que le futur hériter des affaires du grand Monsieur Harris ne soit pas présent lorsqu'un ami fête... ses réussites dans son projet. » Un sourire s'afficha sur son visage radieux. De toute évidence, Nathanaël et Kayla avaient un avis commun sur ce genre de soirée. Tout était si ennuyant... Heureusement pour le milliardaire, la compagnie de cette charmante demoiselle devrait le dissuader de quitter les lieux avant l'heure.

« Donc... Vous vous bourrez la gueule à 1 heure du matin ? Que c'est... cruel. » Il ironisait, bien évidemment. Les mots vulgaires le rendaient plus ou moins sexy aux yeux de certaines personnes. Enfin, il évitait de trop dialoguer en langage familier en présence de sa famille. Seule sa sœur ou quelques amis y ont droit. Et puis, il pouvait bien se permettre cette folie en présence d'une fille qui le tutoyait sans permission ! « Vous avez 18 ans, si j'ai bien retenu les paroles de votre père ? » Il attrapa sa lèvre entre ses dents, la mordillant à peine. Puis il entrouvrit ses lèvres, y porta son verre de champagne, et laissa la boisson couler le long de sa langue. Que c'était rafraîchissant. « Vous avez un frère du nom de Jordan. 21 ans je crois ? » Nathanaël plissa le nez en se mettant à réfléchir ; il ne voulait pas dire de bêtises. « Vous vous entendez bien avec lui ? » Ses pensées allèrent à Laetita, sa jumelle, qui devait sûrement travailler en ce moment-même dans sa chambre. Elle au moins, elle n'est pas obligée de venir à cette stupide soirée. « Croyez-moi, avec ma jumelle, c'est plus ou moins compliquée. » Le jeune homme but à nouveau quelques gorgées de sa boisson, puis s'appuya sur le muret derrière lui, mettant une main dans la poche de son pantalon, l'autre toujours relevée en dessous de son visage, coupe de champagne en main. « Elle est assez spéciale dans son genre... Un peu trop... active à mon goût. » Il adressa un sourire sincère à Kayla et celui-ci se fit suivre d'un clin d’œil. Furtif, mais réel.

La musique se fit entendre derrière eux. Agaçante, trop bruyante... Nath en eut presque la nausée. Danser... Quel ennui. Il tourna son visage pour observer le paysage derrière lui. Les jardins de la propriété s'étendaient sur un long terrain. Des arbres bien coupés, des buissons aux formes étranges... La définition pure de la famille Peterson. « Que diriez-vous de vous promenez un peu en ma compagnie ? » Son regard se plongea dans celui-ci de la belle, et un silence s'installa. Il reprit, sans lui donner un temps de réponse : « De toute évidence, vous ne semblez pas intéressée par les discussions de vieux alors... Nous pourrions aller dans les jardins, là-bas. » Il fit un signe de tête en direction des jardins derrière lui, puis se redressa de toute sa hauteur. Il s'approcha de la jeune femme, et s'arrêta devant elle, gardant une distance raisonnable. Son garde du corps l'interrogea du regard, mais il ne lui répondit point, préférant de loin la compagnie de la jeune femme à la sienne. « Venez. Nous pourrons passer au buffet si vous le souhaitez. J'ai pu y voir des choses délicieuses. »

Nathanaël finit par attraper la main de la belle dans la sienne, toujours chaude et rassurante, l'aidant à se relever. Il passa ensuite son bras sous le sien, tel les vieux couples que forment les invités à cette fichue soirée. Il était fort élégant venant de lui de prendre ainsi une jeune femme par le bras. On pouvait dire qu'il était de bonne humeur en cette fabuleuse soirée. Le milliardaire marcha avec elle jusqu'à la porte et s'arrêta juste devant son garde du corps. Ce dernier resta de marbre, ne bougeant pas d'un cil. Il écouta silencieusement ce que Nathanaël lui disait, mais ne répondit rien. « Je vais me promener avec Mademoiselle. Ce n'est pas la peine de nous suivre évidemment. » Nath détestait particulièrement ne pas pouvoir passer du temps avec les personnes de son choix sans être suivit par un homme aux apparences d'Hulk. Il s'éloigna donc en compagnie de Kayla, marchant sans trop se presser. Il n'a aucune envie particulière de brutaliser la belle. Elle semblait si... étrangère à ce genre de soirée... « Allons au buffet, je viens d’apercevoir des desserts au chocolat. » Mine de rien, lui aussi appréciait particulièrement le chocolat. Il marcha donc jusqu'au buffet en serrant légèrement Kayla contre lui, étant donné qu'ils passaient entre plusieurs personnes et plusieurs tables. Arrivé devant la table, Nathanaël se pencha vers les desserts. Il regarda autour de lui et Kayla et n’aperçut personne près d'eux. Il attrapa donc de quoi manger, mais à peine, et n'en fit qu'une bouchée, sans paraître trop gourmand non plus. Il relâcha Kayla afin d'aller se servir une nouvelle coupe de champagne. Puis, il la rejoint à nouveau et passa son bras sous le sien, la tenant bras dessus bras dessous. Sourire aux lèvres, il l'invita à sortir : « On sort ? »

_________________



mots d'amûr :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Théorie] Lippoutou, une grande histoire
» Je crois que c'est le début d'une grande histoire ... (Clayton) FINI
» La plus grande fraude de l'histoire?
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp
» [FB Solo] Bout d'histoire d'une grande guerrière du Puma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SENTENTIAE.  :: Zone RP :: Staten Island :: Habitations-
Sauter vers: