Une phrase, une simple phrase a le pouvoir de mener jusqu'à l'amour, avec un grand A.
 
bashaut

 :: Zone RP :: Manhattan :: Wall Street Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le destin nous pique la main || [PV] Keith Murray

avatar
Messages : 16
Dollars : 163
Date d'inscription : 13/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 17:06



Feat. Keith & Dahlia

T'aime clairement pas Manhattan, c'est trop friqué pour toi, c'est de mauvais goût, les buildings pètent plus haut que leur cul... C'est chiant Manhattan, tu ne peux pas t'approcher trop des habitations car c'pour les gens d'la haute société, les gens riches. C'est justement c'qui peut t'arranger, trouver des clients riches, prêts à mettre un sacré paquet rien qu'pour toi. Un bon deal.

Faut encore le trouver, t'connaissais pas trop les horizons alors t'as cherché un peu à droite à gauche, t'as essayé de voir des gens pas trop mal foutus. Quitte à t'envoyer en l'air, autant que ce soit quelqu'un de beau, tu as trop souvent mangé des vieux quand tu débutais. T'préfère les grands garçons chez qui t'peux t'inviter, c'est pas mal aussi..

Si pour cette fois t'avais mis un short, ta chemise nouée laisse parfaitement voir ton ventre et une partie de ta poitrine. Un jour t'apprendra à être pudique ou il est déjà trop tard. Tu scrutes les vitrines, tes yeux voient surtout le prix et accessoirement les passants qui sont pas intéressants. Tu lâches un soupir en te tournant pour poursuivre ton chemin en fermant quelques secondes tes paupières.

— Peut pas y'avoir quelqu'un d'intéressant ici...?

Tu passes ta main dans tes cheveux relevés en une queue de cheval et regarde à côté de toi. Ton sourire apparaît lentement sur ton visage, tu ne vas pas juger un inconnu mais cette tenue originale te fait quand même rire doucement. Tu t'approches, quelques foulées pour lui bloquer la route et tu penches ta tête légèrement sur le côté en souriant de ton petit air mesquin. Il te reste plus qu'à entamer la discussion et t'assurer un salaire ! Tu pointes sa jupette dont t'as vaguement entendu parlé et tu peux pas t'empêcher d'ajouter plus ou moins gentiment ;

— Tu le porte de façon traditionnelle ?

A vrai dire, t'le laisses même pas répondre, tu t'agrippes plus ou moins délicatement à son bras. Ta meilleure arme c'est toujours ton corps, séduire avec est un jeu d'enfant.

— Y'a rien à faire ici, on pourrait s'amuser ensemble non ? ♥  
Pride pour Epicode

_________________
Présentation Relations
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 23
Dollars : 256
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 18:24
Quelle soirée mes aïeux quelle soirée ! J’ai carrément mal aux cheveux au moment de me lever ce matin, enfin… Ce matin… Il est 15h. Où suis-je ? Visiblement dans une chambre d’hôtel. Je jette un œil à droite, à gauche, pas de jolie nana partageant ma couche, mais une demi-douzaine de gens dans le même état que moi.
Je les observe un moment, un peu bêtement, le temps d’émerger. Le fil de ma soirée se fait doucement une place dans mon esprit. Mes souvenirs se frayant une place jusqu’à une partie moins imbibée de mon cerveau, je me mets à sourire. C’était un beau mariage, celui de ma cousine. Mon oncle et ma tante ont insisté pour qu’on assiste tous les trois à la cérémonie et à la soirée en habit traditionnel. Mon père avait dû m’envoyer un kilt plusieurs semaines plus tôt, il avait réussi à en dégotter un aux couleurs du clan Murray. On pousse le détail toujours plus loin. Sérieusement, qui remarquerait ça ? Des invités je n’avais que sourires amusés, blagues machistes, et tentative de découverte d’un caleçon - ou non - et ma cousine avait clairement autre chose à penser que la couleur des rayures de ma jupette. Je me félicite cependant d’avoir évité les chaussures traditionnelles et de les avoir troquées contre des docs.

Bref, enjambant le témoin du marié toujours endormi, je file dans la salle de bain pour prendre une douche. Il n’y a que deux jeux de serviettes et de petits flacons de gel douche. Tant pis pour les derniers levés, je ne vais pas me priver d’un bon décrassage pour les beaux yeux de trois clampins endormis.

Sous l’eau chaude, je me sens revivre. En 10 minutes, je suis lavé, essuyé, j’ai les cheveux vaguement démêlés, et je m’en vais retrouver mes fringues dans la chambre qui, vu d’un œil extérieur, ressemble plus à un champ de bataille qu’à autre chose. Après m’être tapé sur les doigts en me rendant compte que mon sac de change est resté dans la salle louée pour la soirée, je repasse mes vêtements de la veille. Ça fera bien le taf le temps de rentrer à la maison et enfin pouvoir passer un jean.
Chemise blanche, gilet et veste noire, kilt bleu et vert, et enfin docs aux pieds, je quitte les lieux silencieusement pour ne pas réveiller les derniers.


Une fois dans la rue, je cherche des yeux un arrêt de bus. Non mais quelle idée d’aller nous faire dormir à Manhattan ? Je ne connais pas le quartier ! Je marche un bon quart d’heure, m’éloignant de l’hôtel, jusqu’à atterrir dans Wall Street. Je retrouve enfin mes repères lorsqu’un petit bout de femme se plante devant moi.
Mini short, chemise ne laissant que peu de place à l’imagination et cheveux flamboyants, celle-ci, elle ne passe pas inaperçu. Je hausse un sourcil en me demandant ce qu’elle me veut avant d’écarquiller les yeux en l’entendant parler. C’est ma phrase ça non ? Ce n’est pas la première fois que je l’entends depuis hier, ce kilt est un véritable aimant à « tu le porte de façon traditionnelle » de petits curieux voulant savoir si j’ai les fesses à l’air, mais c’est rarement la première chose que l’on me dit.

Même si je raconte à qui veut savoir que cette histoire de phrases me laisse tout à fait indifférent, j’avoue que ça me fait tout drôle de l’entendre sortir de la bouche d’une jeune femme que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam.
D’habitude, quand on me le demande, je réponds « Libre à toi d’aller vérifier », mais là, bouche entrouverte, je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle se jette sur mon bras en me faisant des avances à peine dissimulées. Elle ne serait pas en train de me racoler ?


–Y’a pas que le sexe dans la vie…


Mais j’avoue qu’elle est bien mignonne et que prendre un peu de bon temps à ses côtés ne me déplairait pas, je me demande juste si ce n’est pas une nana dont le plaisir est le métier.
Je pose ma main sur la sienne, elle-même sur mon bras comme un poulpe attraperait sa bouffe, et la regarde depuis la bonne tête et demi que j’ai de plus qu’elle.


– Mais tu parlais bien sûr d’aller jouer aux cartes, non ? Sinon je crois qu’on peut chacun retourner de là où on vient.


Mon ton est dur, mon regard mi moqueur mi mutin. Je ne sais pas si c’est la cuite de la veille, où le fait qu’elle m’ai sorti ma phrase, mais je me comporte un peu comme un con avec elle.

_________________


Merci Oswin ♥
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» "Le destin ne nous lâche pas"
» Le destin nous réunit comme il nous sépare
» RolePlay: Énaël-Lars-Kaname. [qu'est-ce que le destin nous réserve ?]
» Les orties ne font pas que piquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SENTENTIAE.  :: Zone RP :: Manhattan :: Wall Street-
Sauter vers: