Une phrase, une simple phrase a le pouvoir de mener jusqu'à l'amour, avec un grand A.
 
bashaut

 :: Zone RP :: Queens :: Musées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On va dire qu'on s'en fiche un peu. // Ray

avatar
Messages : 183
Dollars : 237
Date d'inscription : 17/02/2017
Localisation : Dans ton derche.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 18:16
« Bonne journée monsieur. » Nathanaël répondit d'un hochement de tête au chauffeur, puis s'éloigna afin de rejoindre le trottoir. Il observa la limousine s'éloigner au loin, silencieux. Bien évidemment, Nathanaël n'a pas encore de limousine, ni de chauffeur qui puisse la conduire. Seuls ses parents en ont le privilège. Enfin, le blond n'a pas à se plaindre ; Alfred est un chauffeur aimable qui cède parfois à ses caprices pour l'emmener un peu partout dans New-York. Mais Nathanaël sait qu'il ne doit pas en abuser. Il rêve du jour où il possédera son propre chauffeur. Ce sera un soulagement ; pour lui et ses parents.

Sans plus attendre, le garçon fit son entrée dans le musée. Il n'y avait encore aucun journaliste. Tant mieux ; Nathanaël n'avait pas souhaité être accompagné de gardes du corps pour aujourd'hui. Un homme vint à sa rencontre afin de lui présenter le personnel. Comme à son habitude, Nathanaël n'accorda aucun sourire. A personne. Pas même la jolie fille aux cheveux blonds. Il n'en avait que faire de cette fichue exposition. C'était simplement ses parents qui l'avaient forcé à s'intéresser à l'art. C'était un bon moyen d'être bien vu par la population américaine, d'après eux. La vérité, c'est que Nathanaël s'en fichait pas mal. Être bien vu ou non... Qu'en avait-il a faire ? Être riche devenait ennuyant à la longue. D'autant plus quand on le force à faire ce genre de choses.

« Les journalistes auront-ils accès au musée le temps de ma visite ? » En marchant un peu, Nathanaël s'approcha d'une sculpture qui dominait le hall et les visiteurs de tout sa hauteur. L'homme s'approcha de Nathanaël en tremblant presque. De joie ? De peur ? Mystère. De toute manière, Nathanaël était de bonne humeur aujourd'hui, il n'y avait rien à craindre. « Non, bien évidemment ! Ils seront là en fin d'après-midi, comme l'a demandé votre père, et vous attendrons devant l'entrée. » Alors comme ça, son géniteur avait tout planifié ? Tant mieux, ainsi il n'aura point de directives à faire. Le blond se tourna vers l’homme, qui restait à ses cotés, et lui offrit un sourire. Mais pas le gentil sourire. Celui... qui vous méprise. « Je pense pouvoir continuer la visite... seul. » L'homme hocha maladroitement sa tête difforme et s'éloigna rejoindre ses collègues. Tous dévisageaient Nathanaël, ce dernier observant silencieusement la sculpture, jusqu'à retourner à leur travail respectif.

Le blond s'aventura dans les longs couloirs du rez-de-chaussée, qui comportait seulement des sculptures. Beaucoup représentaient des femmes nues, ce qui surprenait un peu le blond. C'est fou comme les personnes de l'ancienne époque étaient si... ouverts d'esprits... Aujourd'hui, à la simple vue de seins, beaucoup crient ''pute''.

Nathanaël alla ensuite à l'étage afin de voir les tableaux que certains hommes avaient peigné à l'époque de l'entre-eux-guerres (mondiales). De toute évidence, cela ne l'intéressait guère. Mais il était bien forcé par ses parents... Autant faire semblant de s'intéresser à ce genre de conneries sans importances.

Ce n'est pas l'histoire qui indifférait Nathanaël. Non. Au contraire ; le garçon aime beaucoup s'intéresser à l'époque de ses ancêtres. Et il aurait bien voulu tout savoir, mais l'idée est infaisable bien évidemment. Ce sont les arts, qui l'ennuient. Peindre, dessiner... C'est bien beau tout ça, mais ça sert à quoi, au juste ?

Son regard coula le long des murs aux tapisseries ridicules. Certains étaient blancs, d'autres étaient recouverts de drôles de symboles. Nathanaël marcha, main dans les poches de son costard, jusqu'à un tableau nommé ''Radeau de la Méduse''. Il n'avait rien d'exceptionnel en soit ; un simple bateau qui coule au beau milieu de la mer. Des cadavres, des hommes, un en particulier qui semble agiter quelque chose dans sa main, tourné vers la mer. A la recherche d'un bateau dessiné, Nathanaël trouva bien vite le bâtiment vers lequel étaient tournés ces pauvres hommes. Enfin, c'était sans importance. Cela ne l'aidera pas dans sa vie de gosse de riches.

Nathanaël tourna son fin visage vers les visiteurs qui le dévisageaient, pour la plupart. Sans doute à s'interroger au sujet de son identité. Enfin, les gens de nos jours n'ont plus aucune politesse... Seul un jeune homme semblait trop concentré sur une œuvre d'art pour faire attention à Nath. Alors, le dernier nommé s'approcha avec une élégance habituelle jusqu'au tableau. Il l'observait sans trop le faire, ne voyant à ses yeux qu'une simple orgie. Un juron s'échappa de ses lèvres, tandis qu'il relevait la tête afin de savoir qui avait peint cela. « De toute évidence, cet homme ne connaissait pas ce qu'est le plaisir de faire l'amour. » Son nez se plissa légèrement, un peu surpris lui-même de ce qu'il venait de prononcer. Mais il ne laissa rien paraître et laissa un soupir s'échapper de ses lèvres. Sans doute d’exaspération. Comment des gens peuvent-ils autant s'intéresser à l'art ? « Il semblait beaucoup s'intéresser à cette femme. » Nathanaël parlait évidemment de la femme au centre, sur laquelle était centrée les plus beaux jeux de lumière. « Mon dieu... Quels seins disproportionnés... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
P. Ray Halloway
Babar, King of Dance (ಸ‿ಸ)
Messages : 87
Dollars : 679
Date d'inscription : 09/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Mar - 9:04



« On va dire qu'on s'en fiche un peu »

Dans un des musées du Queens débutait une exposition temporaire nommée L'expression de la nudité. Ray ne s'intéressait guère à toute la culture artistique et n'aurait jamais pensé y mettre les pieds de lui-même dans un endroit pareil. Or, la vielle de la visite, son ami lui envoya un message pour lui proposer de s'y rendre en sa compagnie. Bien sûr, le jeune homme, possédant sa matinée de libre, décida d'accepter et de faire le déplacement. Après tout, pourquoi pas ? Alimenté sa culture artistique ne lui ferait pas de mal, bien au contraire, son manager se plaignait souvent que ses connaissances se limitent à ses domaines d'intérêt et qu'il devait d'avantage ouvrir son esprit au monde. Ainsi, sans même connaître le thème, l'époque ou une quelconque information à propos de cette exposition, Ray avait la ferme intention de découvrir un peu plus sur le monde artistique. Génial, non ?

Le lendemain, il se prépara, prit un taxi et se rendit devant le musée concerné. Son ami arriva quelques minutes après lui. Les salutations passées, il lui annonça une triste nouvelle. Sa grand-mère était malade et il ne pourrait faire la visite en sa compagnie. Or, les billets périssait ce même jour et il insista pour qu'au moins, le blond puisse voir l'exposition et lui en parler lors de leur prochain rendez-vous. Devant cette triste nouvelle et observant le dos de son ami qui s'éloignait à grand pas, le chanteur tenta de penser à une solution à ce drame. Inviter une personne ? Il envoya un message à Adriel puis à deux amis mais tous n'étaient pas disponibles. Oui, le jeune homme avait fait attention à cacher le sujet en éviter de traumatiser ses potentiels compagnons de découverte. Or, le résultat restait le même.

Ainsi, accompagné de la solitude, il passa l'entrée et se dirigea vers l’accueil. La vieille dame au sombre regard leva le nez de son écran, lui valida son billet et lui indiqua le chemin à prendre comme si elle était pressée de le voir déguerpir. Peut-être la dérangeait-il ? Ça n'avait aucune importante. Après avoir pris une profonde respiration, il se lança à la conquête de l'exposition. Son ami ne lui avait toutefois pas précisé qu'il s'agissait d'une visite en avant-première et que les couloirs risquaient d'être quasi-déserts. De ce fait, sans avoir cette information, l'homme eut l'étrange impression de se retrouver dans un mauvais film d'horreur où le héro livrait à lui-même ne savait pas que les personnages des tableaux sortiraient des œuvres et viendraient lui faire subir milles supplices.

Une grimace s'installa sur son visage. Il observa des statues, essaya de comprendre, pensa les regarder dans le mauvais sens, pencha la tête sur le côté, observa encore mais n'arrivait toujours pas à comprendre l'intérêt. Etait-il débile où la culture artistique n'était juste pas faite pour lui ? Un peu des deux sans doute. Le rez-de-chaussé parcourut très vite et sans réelle conviction, il décida de monter à l'étage supérieur avec l'idée que les œuvres lui seraient bien plus accessibles. Non, pas du tout. Toutes se ressemblaient, reflétaient pour la plus part des scènes d'Humains nus. Pourquoi ? Les vêtements étaient-ils embêtant à peindre ou juste représenter pour les artistes ? Mais le pire restait à venir. Après être passé après une énième œuvre dont la conception lui échappa, il se promit de faire face à la prochaine et de tenter de la comprendre. Or, le destin devait avoir un étrange humour pour le faire tomber face à L'origine du monde, un tableau où la subtilité était mise au placard pour une représentation avec précision. Ray regretta d'être entré dans ce musée.

Mais, il ne se découragea pas pour autant et décida de vraiment s'intéresser au prochain tableau, de tenter le comprendre une bonne fois pour toute. Or, il tomba face à la représentation d'une orgie.. Enfin, c'est qu'il voyait au premier regard. Le blond se persuada que le conservateur ayant réuni ses œuvres n'était pas assez fou pour exhiber ainsi une telle toile et resta planté devant pour essayer de comprendre le véritable sens. A vrai dire, son regard posait sur la toile, il ne faisait vraiment pas attention à la finesse des traits ou encore les sujets présents. Cet art le dépassait. Sa culture pouvait aller se faire voir. Son ami aussi, au passage. Mais, une autre âme perdue tout comme lui le rejoint et lança quelques remarques à propos du tableau. Ray hocha légèrement la tête pour approuver la pertinence de ses propos. Au moins, en la présence de l'homme, il pourrait mieux comprendre ce tableau.

« C'est pas le seul détail disproportionné. » Rajouta t-il d'une voix blasée. « Tu es un spécialiste ? Ou juste un passionné d'art pour être venu ici ? »

Ray pensait que l'homme avait été forcé ou trompé comme lui mais il tentait de passer par d'autres chemins pour obtenir sa réponse. Son regard finit par dériver sur l'homme à ses côtés qui était mille fois plus intéressant que le tableau dont il n'avait même pas oser regarder le nom.

« Il n'empêche pour peindre un tel tableau. Qu'est ce que le peintre avait en tête le jour où il a fait ça ? Je veux dire, tu peux pas te lever un matin et te dire 'hé, je vais peindre une orgie, c'est trop cool'. Si ? »

Toutes sortes de questions se bousculaient dans l'esprit de Ray. Puis, il tourna la tête à gauche puis à droite pour vérifier que personne n'était dans la même pièce. S'il faisait mettre dehors, son ami lui en voudrait pour le restant de sa vie. De plus, si des gens se trouvaient dans la pièce, ça risquait d'être gênant si les deux hommes désiraient discuter tranquillement de l’œuvre face à eux. En plus de ça, le blond avait complètement oublié le nécessaire pour cacher son identité. Quel imbécile. Maintenant, il fallait prier pour que personne ne le connaisse et ne vienne déranger sa conversation très intéressante et très pertinente avec l'inconnu. Si la visite continuait sur ce chemin, elle deviendrait bien moins ennuyeuse. Après tout, il lui restait encore deux étages complets à voir afin d'être potentiellement capable de faire un résumé convenable à son ami.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

_________________
Merci à Au Lit pour le magnifique vava ♥


Ray s'exprime en #000000.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
Dollars : 237
Date d'inscription : 17/02/2017
Localisation : Dans ton derche.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Mar - 15:37
Nathanaël ne se voyait pas impoli d'avoir déclaré ses pensées de vive voix. Après tout, un musée était fait pour observer et comprendre certaines choses. Or, dans de tels circonstances, Nathanaël ne comprenait pas grand chose. Le jeune homme laissa son regard couler le long des seins de la jeune femme représenté au centre du tableau. Tous les hommes peints ont le regard tourné vers elle. Mine de rien, Nath en faisait aussi parti. Il observa le nom du peintre un instant avant de se reculer pour voir si l'auteur de cette œuvre avait peint d'autres tableaux. « C'est pas le seul détail disproportionné. » L'homme avait parlé d'une voix blasée. Sans doute était-il désintéressé de ces arts si ennuyeux. Nathanaël était de son avis, et dans toutes les sens du terme. Lui-même n'avait pas envie d'être ici, et lui-même trouvait que les fesses d'une blonde représentée sur le tableau étaient beaucoup trop grosses. Cela le dégoûtait un peu à vrai dire... « Tu es un spécialiste ? Ou juste un passionné d'art pour être venu ici ? » Nathanaël haussa les épaules, réfléchissant aux mots qui pourraient former sa réponse. Il n'était ni spécialiste, ni passionné d'art. Mais en même temps, il serait mal vu de sa part d'exprimer ces sentiments actuels, qui se tournent plus vers l'ennuie et le désintérêt que la passion. Un silence court s'installa entre les deux, avant que Nathanaël entrouvre ses lèvres pour prononcer sa réponse, d'une voix calme et posée, qui cachait bien son ennui : « Aucun des deux... » Une réponse écourtée au maximum. Le jeune homme se mordit la lèvre, s'en voulant un peu. Il ne voulait pas paraître froid, même si la situation l'agaçait un peu ; il n'avait aucune envie d'être ici. Il reprit alors, enfonçant ses mains dans les poches de son pantalon. « Nous n'avons qu'à dire que... j'ai été forcé. »

« Il n'empêche pour peindre un tel tableau, qu'est ce que le peintre avait en tête le jour où il a fait ça ? Je veux dire, tu peux pas te lever un matin et te dire "hé, je vais peindre une orgie, c'est trop cool". Si ? » Nathanaël laissa s'échapper un rire d'entre ses lèvres. Il haussa les épaules, sans trop savoir quoi répondre et observa encore un instant l'oeuvre d'art.

Il réajusta la cravate qui embellissait son costard puis se décala de quelques pas pour observer le tableau juste à coté. Ce dernier représentait un groupe de personnages en cercle autour d'un table. Tous sont magnifiquement bien habillés, tels des riches. En particulier les femmes, qui portait de grands chapeaux ornés de diamants. Nathanaël remarqua que le peintre était le même qu'avant. « Tiens, on dirait qu'il est sorti de sa zone de confort. » Le milliardaire observa avec attention les traits rayonnants d'une femme qui était tourné vers le peintre, sans doute. Un faible sourire apparut sur son visage, lorsque ses pensées allèrent vers une personne qu'il affectionnait particulièrement. Nathanaël se tourna vers le blond qui lui tenait compagnie, laissant à nouveau le silence s'installer. Il ne voulait en aucun cas le briser, et profita de cet instant pour observer de haut en bas celui qui animait un peu son après-midi ennuyeuse. Enfin, animer est un grand mot. Pour l'instant, ils ne faisant qu'échanger quelques mots. Sans connaître l'identité de l'autre d'ailleurs. Mais après quelques minutes de réflexion, Nathanaël ne pu s'empêcher d'afficher un sourire moqueur. « Tu es Patrick Ray Halloway ? »

Bien sûr que Nath connaissait ce chanteur. Comment pouvait-il espérer passer incognito avec un milliardaire cultivé à ses cotés ? D'ailleurs Laetitia se trouvait être une grande fan du blond qui tenait compagnie à son jumeau. En quelque sorte, Nathanaël était heureux. Il aura au moins une occasion de narguer sa sœur, et non pas toujours l'inverse comme il en a l'habitude. « Enchanté. » Il tendit sa main vers le blond, laissant l'autre sans la poche de son pantalon. Il adoptait une posture assez décontracté, mais restait classe, afin de ne pas contrarier son père qui pourrait le voir si jamais il débarquerait ici. « Nathanaël Harris. » Il se présenta lorsque sa main tendue fut serré par Ray. Il était logique pour le milliardaire qu'il soit reconnu à l'instant même où il a prononcé son nom. La famille Harris est une famille qui domine à New York (et dans beaucoup d'autres villes). Si tu ne la connais pas, c'est soit que tu es un étranger (et encore...), soit complètement con. Enfin, Nathanaël était ravi de faire la connaissance de Ray. Ce dernier devait sans doute savoir ce qu'était que d'être populaire. Nath n'était pas le plus populaire de sa famille à vrai dire. C'était surtout ses parents. Laetitia était la plus effacée des médiats. Nathanaël apparaissait surtout parce qu'il était le seul héritier garçon de la famille, et aussi parce qu'il n'était pas encore marié, ce qui voulait dire que d'autres familles riches pouvaient faire des offres à ses géniteurs. Mais cela sera sans compter l'avis de Nathanaël...

Si nous revenions à nos moutons, hm ? Nathanaël remit sa main dans sa poche après avoir laissé sa main s'égarer dans ses cheveux bien coiffés. Un soupir s'échappa de ses lèvres, avant qu'il ne demande à Ray pour quelles raisons lui aussi était présent dans un tel endroit, enfin, surtout pour un chanteur... Il a sûrement autre chose à foutre que de rester ici à fixer des œuvres stupides... « Et toi alors ? » Il se permit de le tutoyer. « Que trouves-tu de si intéressant pour venir ici ? »

_________________



mots d'amûr :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SENTENTIAE.  :: Zone RP :: Queens :: Musées-
Sauter vers: