Une phrase, une simple phrase a le pouvoir de mener jusqu'à l'amour, avec un grand A.
 
bashaut

 :: Zone RP :: Brooklyn :: Habitations :: Résidence Picasso Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(M&M) Meal? Horn + Pizza + You

avatar
Messages : 9
Dollars : 292
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 11:13
Unicorn & Mouses

I saw a unicorn last night
I touched his horn and he went wild

De fines gouttes ruisselaient sur ta peau. Tu fermais la porte de ta douche derrière toi et attrapais une serviette. D'un ton léger rehaussé d'une pointe de gaieté, les paroles suivantes s'élevaient dans la pièce.

Then I tried to calm him down
And he said he wants to fly

Ta main se glissait dans tes cheveux encore humides. Tu libérais ton visage et agrandissait ton champ de vision dans le même mouvement. Mais, ce geste ne t'empêcha de cogner contre une commode à peine tu quittas ta salle de bain. Une grimace déforma ton (si joli) minois sous la douleur éphémère qui te saisissait. Ton linge qui jusque là épargnait la vision de ton jardin secret aux sensibles âmes de ton voisinage, glissa au sol lors du choc. Et, à peine, tu fis un pas de plus que tu entendis un soudain cri horrifié.

Strident. Désagréable. Mais surtout, familier. A sa fenêtre, comme toujours, le rapace centenaire tomba sur le spectacle qu'offrait ton corps vêtu de son plus simple appareil, se baladant dans sa demeure. Pour la réaction habituelle qu'elle eut, ce divertissement ne fut à son goût. Exaspéré de ne pouvoir connaître l'intimité, tu esquivais toutes les ouvertures pour te faufiler jusqu'à ta chambre et te vêtir de tissus bleus légers. Le choix ne s'imposait à toi, même si tu assumais ta carrure apollinienne. Puis, à côté de cela, tu prenais ton mal en patience. Ta voisine aussi marquée par le temps soit-elle était en équilibre entre son fauteuil et sa tombe.

Soudainement, la déception te frappa, dotée d'une violence inouïe. Ces événements d'une absurdité sans nom te firent oublier là où tu t'étais arrêté dans ta si merveilleuse et sublime chanson. Ton sourire s'effaça. Tu rejoins ton salon pour te transformer en une larve devant ton écran te diffusant des débilités qui ne nécessitait pas l'utilisation de ton cerveau. Avachi de la sorte, tu restas quelques dizaines de minutes. Après tout, il s'agissait de ton jour de congés. Ton emploi du temps était vide et tes proches devaient, sans doute, travaillés, t'abandonnant ainsi à l'abrutissement.

Tes paupières devenaient lourdes. Tu piquais du nez entre de deux bâillements. Ce sournois ennui se transformait en sommeil. Mais, de ta méthode imparable, tu décidas à le contrer. Tu éteins ta télévision, attrapa ta guitare et.. Aussi, étonnant que cela puisse être, tu chantas avec entrain.

I saw a unicorn last night
I touched his horn and he went wild
Then I tried to calm him down
And he said he wants to fly

Alors que tu terminais ta phrase, une étrange pensée traversa ton esprit. Il était vrai que tu ne possédais pas d'ami licorne (même si tu en rêvais), or tu aurais aimé que la petite souris te rejoigne pour partager ta chanson et le repas du midi qui pointait le bout de son nez. Sa compagnie était bien mieux que celle de toutes les licornes imaginables. Même si tu le savais, tu finirais sans doute par manger une pizza en tête à tête avec une peluche en forme de licorne.

I'll take you to the sky

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Dollars : 235
Date d'inscription : 18/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 18:38
Assise sur ton canapé, avec un roman ennuyeux que tu ne lisais qu'à moitié, tu commençais bien vite à t'ennuyer. En effet, ta secrétaire, il y a quelques jours de ça, t'avait ordonné de prendre quelques jours de congé car elle voyait que tu étais épuisée... ou c'était plus un message subtil pour qu'elle-même ait des jours de congé, qui sait. Mais comme il était vrai que tu ne dormais que très peu depuis quelques nuits, tu ne vis donc pas d'inconvénients à te reposer un peu chez toi, comme une personne normale. Mais plus tu y pensais, plus tu réalisais que tu étais loin d'être normale. Qu'est-ce que les gens normaux font lorsqu'ils se reposent? Tu ne savais pas trop, à vrai dire, et cette liberté soudaine ne te donnait pas plus d'inspiration. Toute seule, tes journées seraient longues et ennuyeuses... et ce n'était pas forcément reposant, c'était juste nul. Tu décidas donc d'aller t'habiller, lentement, de toute façon tu avais le temps, et tu remarquas que tu avais sauté le petit déjeuner, encore. Bon, tant pis, tu mangeras plus tard. Si Mickey savait ça, il te gronderait probablement...

Puis, tu pensas à Mickey.

Soudain, ton petit cœur te fit remarquer quelque chose. Entre deux battements, tu réalisas que cela faisais quelques temps que tu n'avais pas vu ta souris, ta douce moitié indispensable à ta vie. Ce n'était pas ton amoureux, mais même ton amoureux ne gagnerait pas ce titre. Ton meilleur ami était plus important que qui que ce soit. Tu te demandais parfois ce que ça donnerait lorsque tu rencontrerais ton âme sœur, mais comme tu n'imaginais pas ta vie sans Mickey, tu avais encore de la misère à analyser ta vie avec quelqu'un d'autre que lui. Et aujourd'hui, tu t'ennuyais. Tu t'ennuyais d'être seule, mais tu t'ennuyais encore plus de lui, de sa présence à tes côtés. Et ça, c'était mal. Très mal. Était-il disponible? Peu importe, penser à Mickey plus de deux secondes et te voilà vers le chemin de sa maison. Au pire des cas, tu devrais retourner chez toi. Au meilleur, vous seriez réunis. Tu espérais que ce soit la deuxième option, car des textos durant vos heures de pause ne suffisaient pas à combler ton petit cœur fragile. Tu devais le voir, c'était comme ça. Comme des âmes sœurs, même si ce n'est pas le cas.

Le chemin était assez long, mais comme tu le connaissais par cœur et que l'amour te faisait marcher, tu étais dans ta bulle et ni la distance ni les gens autour ne dérangeaient tes petites jambes. Devrais-tu acheter quelque chose en chemin? Pas nécessaire. Bien que l'heure du repas approchait à grand pas, tu te disais que vous alliez préparer quelque chose chez lui. L'on a beau penser que s'inviter chez les gens c'est mal, ta petite souris d'amour te manquait trop, alors tu seras impolie, et tu t'assumes parfaitement.  

Puis, plus rapidement que tu ne le pensais, tu étais arrivée devant sa porte. Tu n'étais pas la plus sportive, mais tu t'impressionnais, parfois. Quoique, être immobile présentement te fit remarquer que tu étais bien essoufflée... bon, tant pis, c'est pour une bonne cause. Tu devrais lui rendre visite plus souvent... tu serais heureuse, en tout cas. Tu cognas deux fois et utilisa ta voix, assez forte pour être entendue, car sinon ça ne servirait un peu à rien.

«M-Mickey! C'est Minnie... tu es à la maison ?»

Tu n’endenterais pas même si il s'approchait avec des briques dans les pieds, mais tu verrais la porte s'ouvrir. Ton cœur battait vite, tu avais hâte de le voir, et te demandais si tu avais utilisé ta voix pour rien. Tant pis, c'est pour Mickey, alors c'est une voix bien utilisée, selon-toi. Plus qu'à attendre ta souris, maintenant.

_________________
Minnie tente de communiquer en #333366  
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» pizza
» La pizza...
» Apocalypse Pizza Vidéo
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» Les GOALS HORN 2015 de la LHJMQ !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SENTENTIAE.  :: Zone RP :: Brooklyn :: Habitations :: Résidence Picasso-
Sauter vers: